FORUM MAÇONNERIE

S'inscrire Aide

Profil du membre Bandini

Rechercher dans le forum maçonnerie :
ou taper le n° d'une question pour y accéder directement
Je pose une nouvelle question :
Actuellement 6 620 questions dans le forum maçonnerie


Membre inscrit Bandini sur le forum Maçonnerie

Bandini
a posté 3 messages sur le forum Maçonnerie :


Multi-Forums

Bonjour, Alma1.
Le mur brut de parpaings est le mur qui sépare ma cour de celle du "voisin 1" sur la vue cadastrale corrigée et jointe à cette réponse (il y figure en rouge épais le cadre bleu délimite grossièrement les limites de la photo sur lequel vous l'avez aperçu).

J'allais vous répondre que je ne considérais pas ce mur comme un élément de mon problème d'humidité mais en y réfléchissant, je crois que vous avez mis le doigt sur un point auquel je n'avais pas du tout pensé.
Le mouvement naturel des eaux de ruissellement passe perpendiculairement sous ce mur et poursuit sa route vers la Dordogne en cheminant chez le voisin.
Or, je me souviens avoir été surpris par la profondeur de l'assise de ce muret de séparation quand j'ai creusé mon début de tranchée. Lorsqu'il pleut, le trajet naturel de l'eau doit logiquement être "contrarié" par ce soubassement et une partie dévie certainement pour finir par s'infiltrer dans la maçonnerie enterrée de ma cave... (Je joins un croquis).

Ça paraît tout à fait cohérent avec les manifestations d'humidité les plus marquées observées à l'intérieur de la cave : précisément dans la zone jouxtant ce soubassement...
Je crois que vous m'avez permis de mieux comprendre le pourquoi et le comment de mon problème. Je vous en remercie ! Reste à résoudre le bidule...
Citation :
La fosse "PUR" est une fosse septique ou ce que vous appelez votre deuxième puisard ?

C'est en effet ce que je désignais comme le puisard n°2.
J'ignore ce qu'il collectait exactement, à l'origine.
Citation :
Si vous pouvez orienter le sol naturel vers l'opposé du mur, ce serait très bien.

C'est ce que j'avais commencé à faire l'an dernier, mollement et sans réelle conviction. Je m'y attellerai plus sérieusement.

Je n'abuse pas plus longtemps de votre temps.
Merci beaucoup d'avoir jeté un œil à cette histoire déjà traitée en long, en large et en travers sur ce forum. Je vais essayer de remédier à ce problème dans la mesure de mes moyens...

Merci encore et bonne fin d'été à vous !
(Ce forum est une mine ; merci à ceux qui le font vivre en coulisses.)

Louis

Pour agrandir les images, cliquez dessus.
cadastre annote 2muret parpaings


15 août 2015 à 17:08
forum consulter ce sujet Encore l'histoire de la cave humide ? Oui, mais...

Bonjour, Alma1 !

Merci beaucoup de vous pencher sur mon "dossier". J'apprécie. :-)

Je m'aperçois en vous lisant que j'ai été confus et inutilement long (les deux allant souvent de paire...). Je vais essayer d'éclaircir le tableau.
Le trottoir est en effet sur mon terrain - j'ai corrigé le croquis d'hier. J'y ai fait figurer le positionnement en coupe des puisards et spécifié en pointillés la partie que j'ai cassée. J'ajoute également trois photos en guise d'illustration (une vue des puisards tels que je les ai découverts, un aperçu du premier puisard vidé et cassé (le second a subi le même traitement), ainsi qu'un cliché d'un des trous percés au fond de ce puisard afin de permettre à l'eau de circuler librement) et une copie du cadastre annotée pour situer spatialement tout ça.
Enfin, pour avoir une idée des dimensions, cette petite cour mesure 10 mètres sur 4, à la louche.

Voilà, j'imagine que ça doit être un peu plus clair ainsi.
Citation :
Je pense qu'il vous faudrait créer 3 réseaux. Le premier, un drain assez bas et pour les deux autres un réseau d'eaux usées et un réseau d'eau pluviale, reliés au réseau local.
Eaux usées et eaux pluviales sont dores et déjà collectées dans les normes (les premières rejoignent le tout à l’égout en cheminant via la cave et les secondes le réseau de la ville en passant sous le garage). Les puisards, sans doute ai-je été brouillon, sont les vestiges d'un système de récupération des eaux qui n'est plus en service depuis ( ? ) années (je suis propriétaire de cette maison depuis deux ans). Plus aucun conduit ne les alimentait ; ils étaient juste plantés là, dans la terre, se gorgeant à l"occasion des eaux de pluie (couvercles non étanches)...

Quant au drain, si j'ai bien compris les instructions du DTU, il doit mener à un « exutoire », un puisard, par exemple, qui va recueillir les eaux de drainage. Sauf erreur de ma part, ce puisard ne doit pas être installé à moins de 3 mètres des limites de propriété et 5 mètres d'une habitation. Je n'suis pas géomètre mais j'ai dans l'idée que c'est difficilement conciliable avec les dimensions de ce confetti de terrain (10 m par 4, rappel).

C'est pourquoi, à défaut de drainage, je me demandais si je ne pourrais pas laisser l'eau vivre sa vie comme elle l'a menée jusque là (la pente légère du terrain mène à la Dordogne dont les berges se trouvent à moins de 100 mètres en contrebas - les eaux de pluie, c'est du moins comme ça que je le conçois, doivent peu ou prou suivre un chemin qui mène dans la direction de la rivière), en déployant toutefois une membrane d'étanchéité (genre "Monarfondation membrane") à la verticale du trottoir (non adossée directement au mur de fondation, donc) qui créerait non pas une étanchéité parfaite, évidemment, mais au moins une sorte d'obstacle limitant le plus gros de l'infiltration directe actuelle.
C'est idiot, comme raisonnement ?

Afin de ne pas aggraver mon désespoir, vous noterez que j'ai occulté cette partie de votre réponse.
Citation :
Vous êtes en effet à un stade de gros travaux d'assainissement

D'ailleurs, je suis certain que vous ne pensiez pas réellement ce que vous écriviez là.

Héhé...
Misère... B.

Pour agrandir les images, cliquez dessus.
puisards 01Problème cave humideproblème cave humideproblème cave humideplan cadastre annoté

14 août 2015 à 15:15
forum consulter ce sujet Encore l'histoire de la cave humide ? Oui, mais...

Publicité

Bonjour tout l'monde.

Je sais que cette histoire a déjà été racontée mille fois ici et que vous commencez à en connaître la chute par cœur, mais je me hasarde à vous imposer ma version parce que je ne crois pas avoir vu dans les archives de ce forum la réponse spécifique à mon tracas.

J'habite une maison de la fin des années 60 que je rénove à vitesse d’escargot.
Un étage, une petite cour de terre, une cave aux murs de pierres.
Terrain très légèrement en pente, la direction de la pente étant parallèle au mur dont il est ici question.
J'ai profité de l'été pour me pencher sur le cas du mur de la cave, côté cour, que les pluies rendent humide (le précédent propriétaire avait "réglé" le problème en tartinant tout ça d'une couche de ciment dégueulasse - passons).

J'aimerais pouvoir traiter le problème à la source, mettre le mur extérieur de la cave à nu et déployer une membrane d'étanchéité (après les préparatifs d'usages).
Seulement - et j'en viens à ce qui m'amène ici :

-1- Ledit mur n'est pas directement accessible. La maison est bordée, côté cour, par un trottoir dans lequel passent les évacuations eaux sales / eaux pluviales. (J'vous glisse un p'tit croquis).

-2- Il me semble que cette solution d'étanchéification des fondations s'accompagne de la pose d'un drain.
Or, ma petite maison de ville est mitoyenne sur deux côtés : je ne vois pas où je ferais aboutir ce drain sans contrevenir aux règles d'installation d'un puisard.

Lassé de tourner en rond, j'ai pris pelle, pioche et courage et j'ai commencé à creuser une tranchée le long du trottoir, histoire de voir à quoi ressemblait la terre là-dessous, je trouvais un peu curieux que toute l'humidité ne se résorbe pas en plein juillet caniculaire (ça cogne, à Bergerac !).
Je suis tombé sur un puisard, dites donc ! Ouais, ouais. Et même un second puisard, encore plus gros, relié au premier ! Saperlipopette !
Les deux étaient comblés (terre et gravas) et n'étaient plus reliés à un réseau de collecte (des eaux de pluie, probablement).
Mais leurs couvercles de béton n'étaient pas du tout étanches et chaque pluie les remplissait certainement (j'ai retiré deux à trois cent litres de chaque). Je les ai entièrement vidés, partiellement cassés (une partie de ces puisards se trouvant sous le trottoir) jusqu'à la base, percé le fond afin que l'eau ne puisse plus y séjourner et j'ai rebouché le tout, fourbu mais victorieux.
Les puisards se chargeaient d'eau à la saison des pluie et la "recrachaient" par le couvercle, le long de mon mur de cave...
Bingo ! J'avais plus qu'à attendre la prochaine pluie pour valider l'hypothèse ! L'orage de cette nuit m'a comblé.

Le mur de la cave est désormais deux à trois fois plus humide qu'au plus fort de la saison de la mousson... Misère !
(Corne de bouc, je suis bavard ! J'abrège, j'abrège !)

N'y a-t-il pas d'autre option que de casser le trottoir (et les tuyaux de PVC qui s'y logent) pour accéder directement aux fondations afin de les protéger ?
Est-il totalement vain (c'est en tout cas l'opinion de ma femme et de mon chien) de déployer une membrane d'étanchéité à la verticale du trottoir, animé par le fol espoir que ce serait toujours mieux que rien ?

Je vous remercie à l'avance de sacrifier de belles minutes d'été pour vous pencher sur mon cas, pas tout à fait désespéré mais un p'tit peu désespérant tout d'même. ;-)
B.

Pour agrandir l'image, cliquez dessus.
histoire de cave humide

13 août 2015 à 18:18
forum consulter ce sujet Encore l'histoire de la cave humide ? Oui, mais...